DÉCLARATION DE STRATÉGIE INTERNATIONALE

Contexte

 

Le Mirail Immaconcept est un campus de design et d’arts appliqués jeune et singulier dans le paysage universitaire. Créé en 2009, il dépendait du ministère de l’Éducation nationale jusqu’en 2019. Du fait de formations en 3 ans uniquement reconnues comme bac + 2, sa lisibilité était alors difficile à l’international.

 

Son passage en 2019 sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la reconnaissance de son grade licence et la création de ses mastères l’ouvrent désormais à de nouvelles ambitions européennes et internationales.

 

De ce fait, nous développons une stratégie d’internationalisation en trois étapes.

 

 

I – Les dialogues transfrontaliers

 

Nous comptons avant tout tisser un maillage de partenariats forts avec des établissements d’enseignement supérieur d’Europe de l’Ouest. Du fait de leurs échanges permanents au cours de l’Histoire, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, l’Autriche, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suisse, la Belgique et le Royaume-Uni ont œuvré à construire une approche commune ou dialogique du design et des arts, qui explique aujourd’hui la similitude de leurs approches.

 

De ce fait, et comme — mis à part la Suisse et le Royaume-Uni — ces destinations participent aujourd’hui pleinement au programme Erasmus +, il nous semble nécessaire de créer des coopérations soutenues avec ces dernières pour permettre aux étudiants de mieux comprendre le sens et l’actualité de ces disciplines dans leur contexte européen.

 

Une sélection transparente et assumée d’étudiants conscients ou curieux de cette réalité, sensibilisés par nos soins à cette dernière, de même que l’internationalisation de notre politique d’alumni, contribueront à pérenniser ces liens et à renforcer dans la durée ce maillage interculturel.

 

Cela permettra également de proposer des séjours d’études et de stages dans des destinations proches à des étudiants n’ayant parfois jamais quitté le territoire national et des manifestations communes facilitées par une faible distance d’éloignement.

 

 

II – Ouverture sur la ville et ouverture au monde

 

Ensuite, nous envisageons une ouverture mondiale. Du fait de notre petit effectif et pour éviter tout accord bilatéral sans vie effective, nous ciblerons un petit nombre de partenaires. Nos rapprochements bilatéraux sont bien sûr à construire selon la cohérence de nos enseignements respectifs mais aussi selon les relations entre les campus et leurs territoires d’implantation.

 

En effet, nos enseignements sont en permanence tournés vers les pratiques professionnelles et citoyennes réelles de notre territoire et vers son actualité. Notre campus est au cœur de Bordeaux et l’actualité bordelaise et girondine est chaque année un point de départ de nos orientations pédagogiques. Par ailleurs, presque tous nos enseignants sont en parallèle des professionnels de ce qu’ils enseignent (architectes, designers, scénographes, artistes, etc.). Cela sert un objectif de professionnalisation et offre à nos étudiants une prise de conscience de ce qui se fait réellement ici. Nous souhaitons que l’internationalisation offre à nos étudiants une prise de conscience de ce qui se fait réellement ailleurs.

 

Nous rechercherons donc en priorité des établissements ancrés dans l’actualité de leur ville et territoire d’implantation : des villes généralement d’une échelle et d’un rayonnement similaires à ceux de la métropole bordelaise.

 

Pour autant, nous ne cherchons pas à ce niveau-là des villes « similaires » ni des pays particulièrement proches. Au contraire, nous pensons que l’altérité la plus totale doit pouvoir être proposée à ceux qui souhaitent une démarche immersive et comparative approfondie. Ainsi, nous ne restreindrons pas le champ géographique de ces partenariats, afin de permettre à chaque étudiant s’ouvrir à l’altérité, où qu’il la situe.

 

Nous souhaitons en symétrie que l’accueil d’étudiants étrangers soit aussi bénéfique à ces derniers qu’à notre école. Pour rendre cet accueil optimal, tous nos enseignements doivent pouvoir être suivis par des étudiants qui se sont construits autour d’apprentissages et de cultures radicalement différents. Nous comptons sur chaque enseignant mais aussi sur chaque classe pour veiller à notre capacité d’ouverture permanente. En outre, le responsable des relations internationales, le directeur du campus et les professeurs principaux seront des relais permanents pour veiller à la bonne adaptation de l’étudiant étranger à notre école mais aussi à notre ville et à notre culture : recherche de stage, de logement à prix abordable à proximité du site pour des raisons financières, logistiques et écologiques, compréhension des codes et des organisations, bonne intégration dans le groupe-classe, etc. D’un point de vue administratif, la délivrance semestrielle de crédits ECTS conformément aux accords de Bologne est déjà pleinement fonctionnelle.

 

Par ces moyens, nous souhaitons dépasser le principe de « non-discrimination » en allant jusqu’au véritable accueil et dépasser le principe d’ « inclusion » en allant jusqu’à la véritable ouverture. Cela suppose une permanente remise en question de notre compatibilité à l’autre et pas seulement de la sienne à nous.

 

 

III – une recherche appliquée à la création et à l’enseignement

 

Enfin, nous souhaitons que l’internationalisation soit une réalité dans nos pratiques pédagogiques et de recherche. De nombreux enseignants et membres du personnel ont des liens pérennes avec certaines villes ou certains pays ; le programme Erasmus + nous permettra d’ouvrir ces liens à une échelle extra-personnelle. En effet, nous concevons uniquement la recherche et la pédagogie de manière collective et transdisciplinaire. Nos programmes pédagogiques en sont la preuve.

 

Les mobilités seront alors l’occasion de comparer les approches didactiques et notamment la question de « l’articulation pédagogique » : la façon dont l’enseignement d’un professeur se lie à la recherche, à la professionnalisation et aux autres enseignements délivrés aux mêmes étudiants. La mobilité administrative et d’encadrement sera dès lors l’occasion d’apprendre à structurer et à coordonner une telle approche pédagogique toujours interdépendante, donc en mouvement constant. Cela induit en effet une remise en question permanente de la gouvernance autant que de l’approche technique et pédagogique.

 

Les mobilités seront sélectionnées et définies en fonction du plan de formation individuel des employés et reconnues dans le cadre de ce plan. À leur retour, les employés auront un rôle charnière de diffusion des bonnes pratiques et de suggestions de perfectionnement de notre mode de fonctionnement. Des réunions collégiales de retour de mission seront mises en place.

 

Inversement, l’accueil aura le même rôle, grâce à des stratégies d’échange de bonnes pratiques, d’immersion et d’observation croisée : étude de plusieurs postes, secteurs et disciplines afin de comprendre le fonctionnement d’ensemble.

 

Ainsi, nous aimerions renforcer la collaboration et la mobilité enseignante et administrative sur les fondements des relations déjà existantes (Portugal, Japon, Espagne, Canada, etc.) et dans une optique de recherche toujours collective et appliquée : nous ne proposons d’ailleurs pas de formation de niveau doctorat et n’avons pas de laboratoire de recherches propre à notre campus. Notre activité de recherche est donc toujours une activité de recherche appliquée : à la création et à la pédagogie. Ce critère guidera ce dernier volet de notre internationalisation.

 

 

Crédits et validation

 

Tous nos cours se voient attribuer un nombre de crédits ECTS calculé selon la règle européenne en vigueur pour atteindre le niveau de connaissances et de compétences exigé. Nos parcours sont tous construits sur la base d’une semestrialisation accordant 30 crédits ECTS. À l’intérieur de chaque semestre, chaque cours possède un nombre de crédits, ce qui permet aux étudiants entrants, selon la compatibilité des emplois du temps et la cohérence pédagogique, de configurer leurs parcours d’études.

 

L’obtention des crédits ECTS intervient, conformément aux règles européennes en vigueur, lors de la validation d’une matière, d’un semestre ou d’une année.

 

Une matière est validée si la moyenne semestrielle de cette matière (incluant contrôles continus et partiels) est supérieure ou égale à 10/20.

 

Un semestre est validé si la moyenne générale de ce semestre (incluant contrôles continus et partiels) est supérieure ou égale à 10/20.

 

Une année est validée si la moyenne des deux semestres (c’est-à-dire la moyenne entre « la moyenne du S1 » et « la moyenne du S2 ») est supérieure ou égale à 10.

 

Une année validée entraîne l’obtention de 60 crédits ECTS, même si la moyenne de l’un des deux semestres est inférieure à 10/20. De la même manière, un semestre validé entraîne l’obtention de 30 crédits ECTS, même si à l’intérieur de ce semestre la moyenne de certaines matières est inférieure à 10/20.

CONTACT

Accueil

05 56 91 07 11

Vie scolaire et relations internationales

05 24 73 19 40

86 rue Leyteire, 33000 Bordeaux, France

©2020 by IMMACONCEPT BORDEAUX.